Inscrire l’événement dans le temps. Voici ce que s’était jurés de faire les amis de Frank Klymko il y a de cela un an, après une première édition réussie. Samedi 13 juin dernier, ils ont tenu parole en rendant une nouvelle fois hommage à leur ami et ancien capitaine du MFC au cours d’une journée pleine de rebondissements ; entre plaisir des retrouvailles, facéties footballistiques et conviviaux moments nostalgiques.

Le régiment de bénévoles composé d’amis, d’ex-dirigeants et d’ex-coéquipiers du Magny Football Club peut se féliciter d’avoir animé et organisé avec brio cette seconde édition. Complimentés tout au long de la journée par les différents membres d’équipe, ils peuvent être fiers du travail accompli en l’honneur de Frank. Petite pensée aux fidèles travailleurs de l’ombre, Anne « Capello » en tête, formant un trio de choc avec Yannick « El Guerrouj » et Robert « Mitterrand » ( ndlr : « La force Tranquille »).

Prière de noter que les allégations pornographiques situant Anne au cœur d’un triangle amoureux ont été il y a peu déboutés après que l’affaire du « bouton d’herpès » ait été jugée irrecevable par la magistrature versaillaise. Méa Culpa donc.

Chaque équipe ayant pu recevoir au moins un trophée ou une récompense au cours de la journée, il convient de laisser à présent place aux héros du jour et aux différents faits marquants du tournoi afin de connaître le classement final de la seconde édition du tournoi.

1er : Jouy en josas US
Pour sa première participation au tournoi, le club de la banlieue versaillaise a frappé fort, remportant haut la main la coupe du champion après une cinglante victoire 5-0 en finale contre l’ES Perray. Auteur de prestations plus bluffantes les unes que les autres, Guillaume, le numéro 10 de l’équipe, à quant à lui raflé deux trophées supplémentaires, celui du meilleur joueur de la finale et du meilleur buteur du tournoi. Une ode à la perfection mal vécue par bon nombre de joueurs : « Magic » Bitoun, (portier du Magny FC 1) ayant concédé un lob magistralement humiliant du susnommé, mais aussi Damien Hauer ( défenseur et « Pastèque Boy » en chef du Magny FC 1) simplement désabusé de se faire voler la vedette par un joueur jugé « bas de gamme » et « en pleine réussite ». Les joueurs de Jouy ont également reçu un cadeau complémentaire d’une après-midi remise en forme dans un centre d’AquaBike, preuve que les organisateurs savent aussi prendre grand soin de leurs invités. Merci à l’équipe pour son fair play et sa participation ! Et surtout un grand bravo !

2e : Perray ES Foot
Grande première également pour les amis perrotins qui ont été largement dignes de l’invitation reçue. Adeptes du retournement de situation, ils ont pu mettre en place la fameuse stratégie de « l’ascenseur émotionnel »passant d’une matinée cauchemardesque à une après-midi remplie de succès. A noter que ce retour du diable vauvert n’aurait pu se faire sans la présence du MFC « Legends » dans la poule du matin, sans le renfort de quelques joueurs pendant la pause, sans le coup de pouce de l’attaquant de Beynes en match de barrages, ni sans la complicité de l’équipe avinée de Villepreux en demi-finale. Mais évidemment, « tout était calculé ». Ajoutez à cela une participation notoire à la buvette ainsi qu’au challenge de la golden barre, il y a forte à parier que cette sympathique équipe soit de la partie l’année prochaine. Et si ce bel éphèbe rouquin à la peau blanche, devenue rougeâtre le soleil aidant, à la bonne idée de repointer le bout de sa truffe, le tournoi n’en sera que plus beau. Un grand merci pour cette belle convivialité !

3e : Magny FC 1
Seconde participation et second échec pour l’équipe locale pourtant planifier au préalable comme vainqueur du tournoi, trucage du tirage au sort des poules oblige. Victorieux sur l’ensemble des matchs du matin, les magnyçois se sont pourtant inclinés aux portes de la finale face au futur vainqueur. La seule défaite du jour. Rageant, d’autant plus que l’attaquant de poche Nicolas Rouillon s’est une nouvelle fois fait coiffer au poteau pour l’obtention de la coupe du meilleur buteur du tournoi. Qu’importe, l’essentiel était bien entendu ailleurs pour nos nobles serviteurs de la bonne cause du jour. Notons toutefois le succès du discret et humble Kevin lors du challenge de la golden barre qui lui permettra de glaner la paire de chaussure « Kaiser » tant convoité. Un « exploit » qu’il avait de ses dires, annoncé au préalable. Un exemple supplémentaire des méfaits du succès sur le psychisme du cerveau. Bravo tout de même à lui et son équipe pour ce beau parcours.

4e : Villepreux FC
Insatiable équipe de Villepreux qui n’a pas hésité à rééditer le même exploit que l’année dernière en gagnant toutes ces rencontres matinales pour perdre complètement pied en demi-finale sur le score de 3-0. L’équipe amie du MFC est nouvelle fois tombée dans le piège de la pause du midi en consommant une combinaison de produits peu compatible avec la pratique du football. Beaux joueurs, ils n’hésiteront pas à remettre en cause la durée de la pause, jugée trop longue et donc trop sujette aux tentations éthyliques. CQFD. En guise de protestation, ils laisseront filer le match de la troisième place, perdue 9-0, et par la même occasion le trophée du fair play. Une mutinerie audacieuse qui n’entachera pas la prestation générale de l’équipe, toujours fidèle au poste et en première ligne pour rendre hommage à leur ami. Merci à eux.

5e : Montigny AS
Les tenants du titre n’auront pas réussi l’exploit de remporter le trophée pour la seconde année consécutive. Battus aux tirs au but lors de leur match de barrage, ils ont pourtant joué le jeu jusqu’au bout en remportant le match de classement pour la cinquième place. Il était inenvisageable de ne pas remettre le trophée du Fair Play à ces joueurs qui ont incarné le respect et la convivialité tout au long du tournoi. Bravo aux acteurs du jour et à Stéphane, leader de la fratrie, qui, malgré les années qui passent, continue d’enchanter les supporters de sa grâce/grasse divine. A l’année prochaine !

6e : Beynes FC
L’équipe de Beynes aurait certainement méritée meilleur sort que cette sixième place au classement final. Mais l’attaquant local en décida autrement lors du match de barrage opposant son équipe au Perray. A quelques minutes de la fin de la rencontre, le digne descendant d’Ibrahima Bakayoko réalisera ainsi un incroyable immanquable à 1mètre du but et ce sans la présence du gardien, parti « aux pâquerettes ». La suite sera des plus cruels puisque après avoir quitter le terrain de rage d’avoir rater le coche, son équipe encaissera un but sur la contre attaque, donnant la victoire aux adversaires. Un chef d’œuvre global qui lui vaudra haut la main la coupe du trophée mystère. Malchanceuse, l’équipe ayant la particularité de réunir six lilliputiens gardés par un mastodonte au goal, aura toutefois fait bonne impression pour sa seconde collaboration au tournoi. A charge de revanche donc !

7e : Magny CDM
Une journée à oublier pour les habitués du football matinal du dimanche. Privée, d’une partie ses joueurs vedettes, l’équipe a misé sur la jeunesse pour tenter de contrecarrer les pessimistes pronostics des bookmakers. En vain. La team « portugo-juvénile » ne pourra faire mieux que septième, sauvant l’honneur en remportant le match des perdants. Coup de chapeau à Clément, l’arbitre de la finale qui fait tant la fierté de son père mais aussi à Alberto, le « Robert Doisneau » magnyçois, qui a su manier avec maestria son bel appareil photographique. Merci à toute l’équipe pour cette nouvelle participation.

8e : Magny « Legends »
Sans conteste l’attraction phare de la journée. La réunion des plus grandes pépites du MFC de ces dix dernières années au sein d’une même équipe avait de quoi faire saliver d’avance. Délectable assemblage de dodus papys (excepté le toujours sémillant Didine), la team « Legends » a bien failli créer la sensation dès l’entame de tournoi, cueillant à froid d’entrée son adversaire avec deux buts venus d’ailleurs. Oui, on y a cru messieurs. Mais l’endurance des gaillards, littéralement au bout de leur vie, fera peu à peu défaut, concédant un match nul au premier match puis une cascade de défaites plus sévères les unes que les autres. Une dernière place imméritée au vue de l’acharnement des anciens princes du ballon rond et du goal de fortune, Cédric Loriot, justement récompensé du titre de meilleur gardien, avec la bagatelle de seize buts encaissés en quatre matchs. Mais l’essentiel fut assurément les joyeuses retrouvailles de tous ces anciennes gloires, comblés de rechausser les crampons ensemble pour la bonne cause. Un plaisir communicatif, partagé par tous les bénévoles et les participants au tournoi. Chapeau bas les artistes !

DSC_0708

 

Petites indiscrétions post-tournoi . . .

Aperçu il y a maintenant deux jours sur la départementale menant aux hameaux magnyçois, Nicolas Hourselle chercherait encore le stade Jacques Anquetil.

– N’ayant pas dessoûlés d’un gramme, les « frères Lumières », Paulo et Yvon, sont à l’heure actuelle toujours aux abords du stade, se faisant maintenant ravitailler sur place par camion citerne de whisky.

– L’entreprise « décathlon » annonce un bénéfice record après la vente d’une centaine de médaille pour le compte d’un dénommé Kevin Guillen, récent vainqueur d’un challenge footballistique.

– La statue à l’effigie de Nicolas Rouillon posté sur la place centrale du Perray en Yvelines a été inauguré par le maire en personne, le lendemain du tournoi. Rappelons que le jeune homme est un encore un demi-dieu dans cette jolie bourgade après sa survie lors de la fameuse collision dentaire de 2013.

– La police dévoile ce dimanche une prise stupéfiante au domicile de Benjamin Ringuet composée de bouts de merguez et de fins de bières.

– Accusé de viol sur son fils portant encore la tunique d’arbitre, Eric est embarqué le soir du tournoi à la maison d’arrêt d’Osny. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’homme aviné aurait en fait confondu le doux pelage de son bambin avec celui de sa femme.

– Matthieu Minet est proclamé sosie officiel de Francois Damiens.

– L’attaquant du FC Beynes, coupable de l’immanquable du jour, est interné au service psychiatrique d’Orsay pour un temps indéterminé.

– Dérobés après la compétition, les cages de buts du stade Jacques Anquetil son retrouvés dans le jardin de Karim, qui souhaitait simplement « s’exercer à la golden barre ».

– Toujours cuisinier au « Blé en Herbe » et auteur d’une accélération dévastatrice durant le tournoi, Nicolas Becan exerce dorénavant son métier en fauteuil roulant.

– Christopher Maugas reçoit le césar du meilleur acteur pour son rôle dans « Le genou ou la cheville ».

– Toujours désireux de constituer une équipe de « beaux joueurs » le FC Villepreux recrute Hamza Belbouab pour la période estivale et Karim tayeb pour la période hivernale.

– Victime d’un coup de soleil intégral, Nicolas Bideau rachète la société « Nivea ».

– Repéré pour ses talents de brailleur, Clément tiendra le stand « Chez Kiki » à la prochaine Fête des Loges.

– Déterminé à faire perdurer la tradition familiale de « don juan », Eden, un an et demi, est fière d’annoncer la saisie de cinq numéros de téléphone de donzelles déjà acquises à sa cause.

– Le jeux de la grenouille est déclaré « idée la plus incomprise de tous les temps » par l’Observatoire Clermontois de l’imaginaire.

– Habitué des escapades lointaines, Yoann Tournier aurait été aperçu en Nouvelle Calédonie avec l’argent des bénéfices du tournoi.

– Et .. Dans un quelconque espace temps, Frank Klymko se déclare heureux et fier de l’hommage rendu par ses amis …

A l’année prochaine !

DSC_0782

Avec le cœur et la raison

Post navigation


One thought on “Avec le cœur et la raison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *