Ignorer les prévisions météorologiques, braver les imprévus de dernières minutes, mais surtout perpétuer la tradition et ainsi continuer encore et encore à rendre hommage : tel est été l’objectif du troisième tournoi Frank Klymko, organisé par l’association « Les amis de Polak » le samedi 11 juin dernier au stade Jacques Anquetil.

Et, une nouvelle fois la mémoire de Frank a été largement honorée avec la large complicité des équipes mais surtout des bénévoles, toujours présents et tellement important à la bonne tenue de la journée ainsi qu’à la pérennisation du tournoi. C’est donc avec fierté et plaisir qu’amis, collègues, famille, et joueurs plus ou moins proches ont tous participé à leur manière à tenter de rendre la journée conviviale possible.

Et ce n’est pas la pluie, tombée pendant une heure au beau milieu de l’après midi, qui allait gâcher la fête ! Le tournoi fut à coup sur une réussite malgré quelques imperfections organisationnelles et météorologiques. Et l’important était de toute façon ailleurs. L’organisation du tournoi remercie donc du fond du cœur toutes les personnes qui ont participé de près ou de loin au tournoi.

Place à présent à un tour d’horizon des nombreux faits marquants de la journée, contés par ordre de classement final des équipes.

1er : Beynes
C’est bien connu : le beynois demeure depuis la nuit des temps d’avantage tortue que lièvre( cf :La fameuse connexion Point à Pitre- Beynes). Beynes n’a une fois de plus pas dérogé à sa règle d’or en déjouant tous les pronostics, revenant du diable vaux vert, après une matinée cauchemardesque. Derniers de la poule du matin, ils ont miraculeusement remonté la pente en gagnant leur quart de finale contre le premier de la poule adverse du matin. Emmené par un gardien de grande classe qui a su sauver les siens lors de la séance des tirs au buts en demi finales puis en finale, ils remportent la compétition pour la première fois en trois participations. Une juste récompense pour une équipe répondant chaque année au rendez-vous du tournoi avec sportivité et bonne humeur. Bravo !

2ie : Magny FC 1
Le syndrome Raymond Poulidor planerait-il sur le Magny FC ? Pour la troisième fois consécutive seconde, l’équipe hôte du tournoi n’est toujours pas parvenu à remporter le trophée qu’elle convoite tant. Un rêve de victoire brisé en finale par Beynes après un parcours pourtant proche de la perfection, le Magny Fc n’ayant perdant aucun de ses matchs jusqu’à la finale. Maigre consolation, le « goaleador » maison, Nicolas, cicatrisera sa blessure morale avec le trophée du meilleur buteur du tournoi glané grâce à sept réalisations. Benji quant à lui, remporte le challenge de la golden barre et du même coup le maillot de l’équipe de France tant prisé. Des succès mérités récompensant l’investissement de l’ensemble de l’équipe tout au long du tournoi. Merci et à l’année prochaine pour une nouvelle seconde place !

3ie : Magny CDM
Un bien joli tournoi pour les artistes-maçons du dimanche matin. Fort d’un recrutement un brin illégal mais terriblement rusé, ils ont su jouer les troubles fêtes en écartant Montigny en quart de finales et en ne perdant qu’après une séance de penaltys plus ou moins douteuse face aux seniors de Magny. Une troisième place donc, soit le plus haut classement de l’équipe dans l’histoire du tournoi. Félicitations.

4ie : Jouy en Josas
« Le plus dur n’est pas d’arriver au sommet. C’est d’y être et d’y rester ». Tenant du titre et tout récent promu en première division (de district), il était logique d’affirmer que l’équipe de Jouy partait avec le statut de favori avant le début de la compétition. Mais sans Guillaume, leur maître à jouer, la magie n’a pas opéré. Passés tout près de la correctionnelle en quart de final contre les vaillants joueurs légendaires, ils ont logiquement perdu pied en s’inclinant aux tirs au buts en demi-finale. Une défaite qui n’a pas entaché le mental d’une troupe soudée, toujours de bonne humeur et dotée d’un état d’esprit irréprochable. Une mentalité exemplaire qui n’a pas échappé à l’organisation du tournoi, venue remettre la coupe du fair play à l’équipe en fin de journée. A l’année prochaine !

5ie : Montigny Le Bretonneux
En terme de fair play, les Ignymontains sont loin d’être en reste, méritant presque le trophée chaque année. Une équipe fidèle au tournoi, toujours souriante et constamment fair play dans les défaites comme dans les victoires : saluons le comportement d’une équipe qui a su rendre hommage à Frank et au tournoi. Une cinquième place cette fois-ci relativement décevante, due à une défaite prématurée en quart de finale contre une CDM ayant déjouée sur ce match tous les pronostics. Dommageable. Outre la coupe du cinquième, Montigny repart cependant avec le désormais célèbre « trophée mystère » décidé chaque année au cours du tournoi. Félicitations à Jordi, auteur d’un but du milieu de terrain contre Fontenay le Fleury. Assurément le geste à retenir du tournoi.

6ie : Fontenay le Fleury
Invitée de dernière minute , l’équipe de Fontenay a bien failli créer la surprise pour sa première participation au tournoi. Remplaçant au pied levé l’équipe du Perray forfait, ils ont remporté avec brio l’intégralité des matchs de poule du matin. Des espoirs de victoire finale annihilés par une défaite 1-0 en quart de final où les vents étaient malheureusement contraires. Bravo tout de même aux joueurs auteurs d’une participation et une implication au tournoi un brin tronqué par le ramadan. En bref : Ni pour, ni contre, bien au contraire !

7ie : Magny Légendes
Que serait ce tournoi Frank Klymko sans la présence du « MFC Légendes » ? Véritable âme et moteur du tournoi, l’équipe nous rappelle par sa présence chaque année l’objectif de mémoire de cette journée. Une nouvelle fois, c’est un panel de dodus trentenaires, ayant tous joués avec Frank Klymko, qui se sont retrouvés sur le terrain pour retenter l’expérience football. Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il y a du progrès, les légendes améliorant leur classement final d’une place ! Mieux encore, ils sont parvenus à accrocher le tenant du titre Jouy dans un quart de finale haletant, fâcheusement perdu au bout de la cruelle séance de penaltys. L’équipe peut donc nourrir quelques regrets mais surtout beaucoup d’espoir d’améliorer encore ses copies finales les prochaines années. Longue vie aux légendes, un grand merci et un immense bravo !

8ie : Villepreux
La « bérézina » pour nos amis villepreusiens ! Équipe largement recomposée, ambition loin d’être au rendez-vous , joueurs blessés physiquement et mentalement rapidement dans la journée : il n’en fallait pas plus pour démoraliser une équipe qui n’en était de toute façon plus une au fil des heures. Regrettable pour le collectif ami de longue date du Magny Fc qui a part moment peiné à jouer le jeu de la journée paisible et bon enfant. Une erreur de parcours sans doute pour une équipe qui reviendra sans nul doute plus forte l’année prochaine.

 

Petits commérages post-tournoi …

– Christopher Maugas serait, selon ses propres dires, « encore large » pour arriver à temps au tournoi.

– La blague « je vais peut être reprendre une licence l’année prochaine » lancée par Nicolas Hourselle, a été désignée « quolibet de l’année » par le magazine « Potache ».

– Yvon participera aux championnats du monde de la golden barre catégorie « nouveaux nés » en octobre prochain à Jakarta.

– Définitivement irrécupérable en matière de football , Mathieu Krol aurait monté son propre salon de tatouage en Lettonie, appelé le « Red Viking ».

– Le titre « La douille » de Sexion d’Assaut a été repris par l’ensemble des joueurs du Perray en Yvelines en version gospel, lors de l’émouvant concert de clôture de la fête du club.

– Le huitième opus des « histoires extraordinaires de Mr Arvin Berod » sortira prochainement aux éditions Mythomania.

– Ouf de soulagement pour Christine le Tirant. Ramenée murgée comme un goret du tournoi par son chien, elle est arrivée juste à temps pour son lavage quotidien du foie de 9h00 du matin.

– Piquée par une épine de fleur offerte par sa progéniture, Alexandra se serait envolée et retrouvée le lendemain du tournoi non loin du Puy en Velay.

– Le comptable du club est formel : après une étude sérieuse faite sur une année, le cerveau de Paul Brugallé abriterait en réalité vingt-quatre personnes (15 écossais, 1 ancien détenu, 4 polonais, 1 apprenti scientifique, 2 philosophes et le fils de Michel Fourniret).

– Le gardien de Beynes démarrera bien le tournage des Goonies 2 dans le rôle de Choco en septembre prochain.

– Cédric Loriot, petit écuyer modèle de la CDM, a été élu « porte bidons de l’année » par ses camarades.

– Le Toulouse FC aurait payé le prix fort pour s’attacher les services de Thomas Bitoun, scotché par la technique du « J’ai, J’ai pas » qui leur était jusqu’à présent inconnue.

– Le recours au tribunal du sport ayant été fructueux, la CDM jouera dès la saison prochaine avec un joueur de plus sur le terrain à chaque rencontre.

– Cyril et Jimmy se sont rabibochés en tentant de comprendre une radio du cerveau humain.

– Didine , le petit attaquant de poche de l’équipe légende, n’aurait en fait que 15 ans

– Le style « chasuble sur torse nu », étrenné par Kevin Guillen, a été choisit pour le défilé d’ouverture de la fashion week portugaise.

– Après avoir été subjugué par la splendide prestation de son compagnon, Benji aurait pratiqué une turlutte à Guillaume dans sa propre voiture, corroborant enfin une rumeur vieille de dix ans.

– La première conférence sur « Comment consommer un litre de whisky sans avoir le moindre gramme dans le sang » suivie de l’obligatoire « mise en situation », sera animée par Romain Goubet en personne le 29 juin, jour de la Saint Paul.

– Une cérémonie funèbre rendant une dernière fois hommage à l’amour-propre d’Alberto De Castro a été organisée peu après le tournoi dans la salle « Le renégat » de Saint Cyr l’Ecole.

– Disparu depuis son penalty manqué en finale du tournoi, Nicolas Delaunay a été retrouvé au monastère de Simbiling au fin fond du Tibet, ayant choisit l’exil par le biais de la sagesse, plutôt que l’amnistie via l’imprudence.

 – Et enfin… au paradis, Alain Gillot-Pétré réclamerait plus de 20 000 euros de compensation financière à Frank Klymko pour non respect des prévisions météorologiques….

A l’année prochaine …

DSC_0014

« Un ange dans le ciel »

Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *